Blog

Offre d’emploi – Conseillère syndicale ou conseiller syndical

La défense, l’amélioration et la promotion des conditions de travail vous passionnent? Vous aimeriez œuvrer dans une organisation stimulante offrant un environnement flexible et convivial? Vous avez une facilité à gérer vos priorités, le stress et plusieurs dossiers complexes à la fois et vous aimez travailler en équipe? Si oui, vous êtes la personne que nous recherchons pour joindre notre équipe à titre de conseillère syndicale ou conseiller syndical!

À propos du SERUM

Affilié à l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) et à la Fédération des travailleuses et travailleurs du Québec (FTQ), le Syndicat des employé.e.s de la recherche de l’Université de Montréal (SERUM) représente plus de 1 000 membres qui sont des professionnel(le)s, du personnel de soutien et d’administration ainsi que des postdoctorant(e)s rémunéré(e)s via des fonds de recherche à l’UdeM.

Principales tâches et responsabilités

Sous l’autorité de la présidente et de la trésorière, vous serez responsable d’accompagner, de conseiller et de soutenir les membres du syndicat, et ce, en étroite collaboration avec l’équipe en place. Plus précisément, vous devrez :

  • Agir à titre de personne-ressource en interprétation et application des conventions collectives;
  • Recueillir l’information, analyser les situations litigieuses, rédiger les griefs et les ententes de règlement;
  • Accompagner et conseiller les membres relativement aux dossiers de CNESST, d’assurance salaire et de retraite;
  • Participer aux activités syndicales;
  • Assurer une collaboration avec nos partenaires tout en favorisant des relations harmonieuses;
  • Assister les agents de griefs de l’AFPC dans les dossiers devant le Tribunal administratif du travail pour défendre le droit des personnes syndiquées;
  • Effectuer toutes autres tâches connexes.

Veuillez noter que des déplacements occasionnels peuvent être requis.

Profil recherché

  • Études universitaires en relations industrielles, en droit ou tout autre domaine pertinent. 
  • Expérience en relations du travail.
  • Excellente maîtrise du français.
  • Habiletés informatiques, notamment avec les suites Google et Office.
  • Connaissance du milieu universitaire et de recherche (atout) 
  • Membre de l’Ordre des conseillers en ressources humaines ou du Barreau du Québec (atout)

Qualités requises

  • Habileté en communication
  • Capacité d’écoute
  • Intégrité
  • Créativité

Ce que nous vous offrons

  • Salaire annuel compétitif (échelle de 64 975 $ à 91 654 $ au 1er mai 2022).
  • Horaire de 35 heures par semaine.
  • Conciliation travail-vie personnelle et télétravail en mode hybride possible.
  • 23 jours de vacances par année. 
  • Bureau fermé durant le temps des fêtes. 
  • Congés personnels et congés de maladie
  • Régime de retraite à prestations déterminées.

Le SERUM encourage les femmes, les autochtones ainsi que les personnes en situation de handicap ou issues de minorités ou de la diversité, à soumettre leur candidature.   

Pour déposer votre candidature :

Nous remercions toutes les personnes qui soumettront leur candidature. Seules les personnes retenues pour une entrevue seront contactées.

Veuillez faire parvenir votre curriculum vitae d’ici le mercredi 20 avril 2022 à 16 heures, par courriel à l’adresse responsable-communication@serum-afpc.org.

The postdocs are negotiating for their collective agreement, they need your support!

The postdocs are currently in negotiations for the renewal of their collective agreement, which expired in the spring of 2019.

Your fellow colleagues need your support!

Press the button to send a message of support to the SERUM, which will compile them to make them known to our employer.

Here is a message from the postdoctoral representative of the union:

Lire la vidéo

Les postdoctorants sont en négociation pour leur convention collective, ils ont besoin de votre support!

Les postdoctorants sont actuellement en négociation pour le renouvellement de leur convention collective, qui est échue depuis le printemps 2019.

Vos collègues ont besoin de votre appui!

Appuyez sur le macaron pour envoyer un message de support au SERUM, qui les compilera pour les faire connaitre à notre employeur. 

Voici un message de la représentante syndicale des postdoctorants:

Lire la vidéo

La nomination du recteur-trice à l’UdeM ; un processus obscur !

           Dans une lettre adressée au chancelier de l’institution, l’ACPPU dénonce le fait que la liste courte de candidatures au poste de rectrice ou recteur puisse inclure des candidatures secrètes dont le nom ne sera pas communiqué à la communauté universitaire.
            « Il est également troublant que les membres de l’Assemblée universitaire ne puissent pas donner leur avis sur la composition de la liste courte et qu’aucun forum public ne soit prévu pour permettre aux candidats de présenter un programme et d’échanger avec les membres de la communauté universitaire », écrit encore Brenda Austin-Smith.

Les postdoctorants du Québec rêvent d’un meilleur statut

Il faut troquer le terme « stagiaire » pour « postdoctorant ». Il serait aussi opportun d’instaurer des ententes de collaboration entre les postdoctorants, leurs superviseurs et l’établissement d’accueil, afin de bien circonscrire l’étendue des tâches, l’allocation des fonds et le financement de l’équipement, entre autres.  Bref, un cadre !!

Voir l’article ici.

Les bibliothèques universitaires québécoises s’unissent

 

 

 

« C’est l’aboutissement de plus de cinq ans de travail collectif »

Les 18 universités québécoises, francophones comme anglophones, participent à ce partenariat porté par le Bureau de coopération interuniversitaire et son sous-comité des bibliothèques. la création de ce nouveau partenariat constitue probablement “le projet de mutualisation de service le plus ambitieux à l’échelle des bibliothèques universitaires québécoises”. (Benoît Séguin, directeur retraité des bibliothèques de l’Université du Québec à Trois-Rivières et aujourd’hui expert-conseil pour le projet au BCI).

Au coût de 10,4 millions de dollars, ce partenariat offre dorénavant une plateforme partagée de services (PPS) permettant aux étudiants de n’importe quelle université québécoise d’accéder au même catalogue.

Allez faire un tour sur le site!

Université de l’Ontario français : la lumière au bout du tunnel

Une entente signée entre les gouvernements du Canada et de l’Ontario concrétise la création de l’Université de l’Ontario français.

Un mois après l’entente signée entre Ottawa et l’Ontario, l’Université de l’Ontario français (UOF) semble enfin assurée de disposer des fonds nécessaires pour sa création. Il semble donc que l’Université accueillera ses premiers étudiants en 2021.

Allez lire cette nouvelle sur “Affaires universitaires”.